Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Voyages au cœur des peuples

diables du Carnaval andin de la Quebrada d' Humahuaca - ArgentineLa Quebrada de Humahuaca - située dans la Province de Jujuy a été classée patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO pour sa richesse culturelle et notamment pour son Carnaval. ici, nous vous invitons à découvrir les racines du Carnaval Andin et du Carnavalito, les rituels du Carnaval et le Calendrier des festivités en 2017. 

 

L’origine du Carnaval Andin : Fêtes des Récoltes précolombiennes et Carnaval Européen

Si le Carnaval en tant que tel est lié à une tradition païenne puis chrétienne née en Europe dont la genèse seraient les bacchanales et saturnales gréco-romaines; les peuples andins organisaient eux-aussi des festivités en février-mars, et ce bien avant l’arrivée des colons européens. Liées à la fécondité, les fêtes précolombiennes honoraient et remerciaient la Pachamama, la Terre Mère, pour l’abondance des récoltes.

Le Carnaval Andin célébré tous les ans dans la Quebrada de Humahuaca, mais aussi dans plusieurs villages miniers de la Province de Salta comme San Antonio de los Cobres ou Tolar Grande, est le résultat d’un syncrétisme culturel et religieux fort, entre les traditions des peuples Kollas, Diaguita, et Aymara et la tradition européenne amenée par les colons.

La Pachamama et le Diable du Carnaval

Le Carnaval Andin commence un samedi par l’exhumation du Diable de Carnaval (el Pujillay). Les participants se réunissent sur le site où le diable a été enterré l’année précédente, un lieu souvent en dehors des villages marqué par une « apacheta », un petit monticule de pierre que l’on décore pour l’occasion.

Le rituel consiste à ouvrir respectueusement la bouche de la Pachamama, en creusant un trou au pied de l’autel de pierre. Les participants font alors des offrandes à la Pacha en déposant des fruits, des feuilles de coca, des cigarettes, ou encore du vin, de la chicha et des plantes médicinales. On la remercie pour l’abondance des récoltes et la fertilité de la terre, on la prie pour garder la santé et ne manquer de rien. Enfin, on lui demande respectueusement la permission de libérer le Diable du Carnaval.

On exhume alors la figurine de chiffon enterrée, et des hommes en tenue de Diable entrainent dans leur sillage les participants pour une danse endiablée autour de l’autel. S’inaugure ainsi une période de 9 jours de fête absolue.

La figure du Diable vient de la tradition chrétienne, mais les peuples de la région l’associent aussi à des divinités précolombiennes locales. Certains disent qu’il est le dieu du feu Wari qui descend de sa montagne pour l’occasion, pour d'autres, c'est le soleil rouge qui vient féconder la Terre. Le Diable en réalité c'est l'homme commun, qui veut se divertir et oublier ses peines. On chante, on s’enfarine, on se lance des serpentins, on danse, on joue de la musique, on s’offre des rameaux de basilic, qui selon la tradition, aident à ne pas de s’enivrez trop vite…

Pour en savoir + : https://www.youtube.com/watch?v=VFLv6O306r8

Les « comparsas » et les invitations

Traditionnellement, et c’est encore le cas dans certains villages isolés, on célébrait le Carnaval dans les campagnes en récitant des vers ( coplas ) accompagnés d’instruments traditionnels (Arquenchos, Cajas, Kamachenas)  et d’une danse spécifique quasi oubliée, los Saltaditos.

En savoir + sur la Copla : https://www.youtube.com/watch?v=8pFfGc2Y6i0

Depuis le milieu du XXième siècle, le Carnaval andin s’est rapproché des villes… Il se fait urbain, bruyant, chaotique et imprégné des traditions de la Bolivie, toute proche.

Lors le Carnaval de la Quebrada de Humahuaca, point de concours ou de défilés très préparés comme ceux du Carnaval Brésilien ou Phénicien. Le Carnaval d’Humahuaca n’est pas un spectacle, tous ceux qui y assistent participent de fait !

Des « comparses » de musiciens et danseurs accompagnés des habitants et touristes de passage serpentent dans les rues avec un itinéraire précis passant de maison en maison où on les a invités. Leurs hôtes leur offrent alcool et nourriture dans le but de remplir leur maison de joie et repousser la tristesse

Chicha y Saragota, vaccins contre “les mauvais sentiments »

Pendant le Carnaval, on consomme beaucoup d’alcool pour se «  vacciner » contre la jalousie et l’envie. La boisson de la fête était originairement la Chicha de maïs fermentée. Aujourd’hui, on boit aussi el Saragota, un mélange de vin blanc, rondelle d’orange et de citron et soda, du vin et de la bière.

Ce qui se passe pendant le Carnaval reste au Carnaval

Caché derrière des masques, le visage recouvert de farine ou de talc, les hommes ont licence pour faire ce qu'ils n'osent pas faire en temps normal. Pendant le Carnaval, la permissivité sexuelle est importante, et la sexualité extramaritale acceptée et même ritualisée, tant qu’elle n’est pas endogame, ce qui irait à l'encontre de l'idée de fertilité. La Carnaval andin contient en réalité de nombreux rites liés à la fécondité et la reproduction, car la Mère Terre est alors en pleine gestation et les hommes doivent l’aider dans cette tâche.  En plus des scènes de libertinage des humains, on peut ainsi observer des cérémonies d’union entre animaux mâles et femelles..

Le Carnavalito, musique par excellence du Carnaval de la Quebrada d’Humahuaca  

Pendant les festivités, les comparses jouent et dansent principalement le Carnavalito.

Le Carnavalito est typique de cette région, fruit du métissage entre le Huaino (ou Huainio) qui vient de l’altiplano péruvien et bolivien et la culture locale. Le Huaino, habituellement joué par temps de pluie est l’un des rythmes les plus anciens des peuples andins, essentiel lors des célébrations de l’empire inca. Il a subi de nombreuses modifications avec la colonisation espagnole comme par exemple l’introduction de guitarres, de la langue espagnole et de paroles aux thématiques plus quotidiennes et moins sacrées. Le Carnavalito adopte un rythme beaucoup plus rapide que le Huaino, pour permettre aux danseurs souvent avinés d’atteindre une sorte de transe.

Le Carnavalito a lui aussi beaucoup changé. Originellement, on le jouait principalement avec des anatas, des flûtes stridantes permettant selon la tradition d’invoquer le Diable. Aujourd’hui, les instruments utilisés sont plus divers : quemas, sicus, accordéon, bandonéon, charango, guitarres et bongo sont mis à l’honneur. Le Carnavalito s’est énormément ramifié et il n’est pas rare de le voir fusionné avec du rock ou du ska par exemple. Un thème typique du Carnavalito, le Humahuaqueno, a été repris partout dans le monde (il existe même une version chantée par Nana Mouskouri !) De même,  de plus en plus, des musiques et danses boliviennes comme la Saya, el Tinku et la Cumbia Andine accompagnent le Carnaval de la Quebrada.

En savoir + sur le Carnavalito : https://www.youtube.com/watch?v=LQzQqmynWns

Produit d’un métissage culturel, le Carnaval de Humahuaca n’est pas un produit culturel pur, il est au contraire vivant et incorpore de nouvelles traditions fruits de nouveaux métissages et rencontres interculturelles. Mais dans la Quebrada, l’esprit de Carnaval, lui, reste intact !

 

diable et wiphala - Carnaval Andin de Tilcara - Argentine Le Calendrier 2017 du Carnaval de la Quebrada d'Humahuaca

Jeudi 16 Février : Jueves de Compadres

Ce jour-là, les hommes se retrouvent pour parler, faire le bilan de l’année et chanter, c’est le premier réveil du Carnaval ;

Jeudi 23 Février : Jueves de Comadres

Ce jour-là, les femmes se réunissent, racontent leur peines, leurs bonheur, les objectifs qu’elles se donnent pour un futur meilleur. Les langues se délient, et on raconte ce qu’on a gardé sur soi pendant l’année.

Samedi 25 Février : l’Exhumation du Diable Carnaval

Dilanche 26 Février : Dimanche de la Tentation 

Lundi 27 Février : Carnaval Grande 

Mardi 28 Février : Chaya 

Mercredi 1 Mars : Mercredi des Cendres 

Jeudi 2 Mars : Carnaval Chico

Dimanche 5 Mars : Enterrement du Diable Carnaval  

 

Les lieux de célébrations du Carnaval de la Quebrada, la Puna, et les Vallées du Nord Ouest Argentin

Jujuy : Humahuaca, Tilcara, Purmamarca, Maimara, Uquia, Abra Pampa, La Quiaca

Salta : San Antonio de los Cobres et Tolar Grande

Tucuman : Amaicha del Valle

 

Source des photos ; https://www.facebook.com/CarnavalQuebradadeHumahuaca/