Assign modules on offcanvas module position to make them visible in the sidebar.

Voyages au cœur des peuples

feuille de Coca - Argentine - Transhumans La Coca est un arbuste originaire des Yungas, la forêt tropicale

C'est la plante sacrée de la culture Kolla dont les preuves de son usage remonte à plus de 5000 ans. Déjà, sous la domination incas, la coca était distribuée avec parcimonie et restait réservée aux rituels et au dur travail des mines. 

Par la suite, les conquistadors espagnols ont vu dans son usage généralisé un moyen d'augmenter la productivité des esclaves indiens dans les mines. Ainsi, aujourd'hui, la mastication de la feuille de coca reste une composante forte de la culture du Nord Ouest Argentin. 

Cette plante possède de nombreuses propriétés qui font que son usage quotidien tend à se généraliser. 

La Coca, une plante sacrée

La coca, Koka Kintu, est considérée par les habitants des Andes comme un cadeau du dieu Inti - le dieu soleil - et de la Pachamama - la Terre Mère. 

 Ainsi, la coca est une des offrandes les plus usuelles pour remercier la richesse des sols lors des célébrations du mois d'août et espérer de bonnes récoltes. 

 Elle est aussi donnée en offrande accompagnée de quelques gouttes d'alcool dans des lieux spécifiques comme aux passages de cols importants, aux sommets de montagnes sacrées pour s'attirer protection lors du voyage. 

La Coca, une plante nutritive

On entend souvent que la coca permet de résister à la faim. Elle fait mieux que ça comme a pu le montrer une étude de l’université de Harvard. Elle montre que la mastication journalière de 100 grammes de Coca équivaut à 305 calories.  

Très riche en sucres et calcium notamment, la mastication ou le thé de coca se révèle être un très bon complément alimentaire dans des zones où l'alimentation reste peu variée. 

La Coca, une plante médicinale 

L'autre particularité de la coca est sa grande contenance en alcaloïdes puisqu'on en dénombre pas moins de 14 différents avec autant de propriétés médicinales. 

Pour ne citer que les plus connus, on trouve : 

  • la Cocaïne aux propriétés anesthésiantes et analgésiques, 
  • la Globuline qui est une protéine cardiotonique régulant la carence d’oxygène et constituant une réponse immédiate au mal d’altitude, 
  • la Quinoline qui prévient la formation de caries,
  • l'Atropine qui facilite la métabolisation des graisses et des sucres. 

 La Coca n'est pas une drogue 

Aujourd'hui, la défense de la culture de la coca dépasse largement les frontières de la Bolivie. En effet, Evo Morales, président de la Bolivie et ancien cultivateur de Coca, a fait de la défense de la culture de cette plante un des piliers de sa campagne en s'opposant a l'arrachage des plants par les marines américains dans leur lutte antidrogue. 

 “La hoja de Coca no es droga“ pouvait-on lire sur les banderoles, et c'est d'autant plus vrai quand on sait qu'il faut 110 kilos de feuilles pour extraire 500 grammes de cocaïne. 

 Ironiquement, le plus gros importateur de coca avec 175 tonnes annuelles reste les Etats- Unis, pour donner une saveur particulière à leur fameuse boisson gazeuse qu'il est inutile de nommer ici et que vous aurez surement tous reconnue ! 

Bref, même si cette feuille donne des allures d'hamsters opérés de dents de sagesse, la coca, utilisée comme les boliviens et les argentins le font, est un peu l’équivalent de notre café européen : le petit plaisir de la journée qui ravive et donne de l’énergie ! 

Enregistrer

Enregistrer